Plaquebière - Ronce des tourbières - Rubus chamaemorus - Baie - Rosaceae

PlaquebiereLa plaquebière, appelée aussi ronce des tourbières, « ronce petit-mûrier » ou « chicouté » au Québec, est une plante vivace du genre Rubus et de la famille des Rosacées, typique des pays nordiques où son fruit est utilisé pour les confitures.

Identification

Nom botanique de la Plaquebière : Rubus chamaemorus

Famille de la Plaquebière : Rosaceae

La plaquebière, appelée aussi ronce des tourbières, « ronce petit-mûrier » ou « chicouté » au Québec, est une plante vivace du genre Rubus et de la famille des Rosacées, typique des pays nordiques où son fruit est utilisé pour les confitures.

La ronce des tourbières est une plante vivace, rampante, qui atteint une hauteur d'environ 10 à 30 cm. Les feuilles sont composées palmées à cinq folioles, trois folioles pour les rameaux florifères, réniformes, ou à 3 à 7 lobes arrondis et dentés.

Les fleurs blanches, de 3 cm de diamètre environ, apparaissent en été et donnent, après pollinisation, des fruits composés qui ressemblent à des framboises. Ces fruits, composés de petites drupes agglomérées, sont d'abord orangés ou rouge pâle, devenant translucides à maturité en automne. C'est à cette saison que le feuillage change de couleur et rougit fortement.

Origine

La Plaquebière pousse naturellement dans tout l'hémisphère nord. En Europe, on la trouve principalement dans les forêts de Scandinavie, de Grande-Bretagne et d'Irlande, en Russie et dans les États baltes. En Amérique du Nord, l'espèce est spontanée dans les forêts de la région du nord. On retrouve également cette espèce aux Etats-Unis (Alaska, Minnesota, New Hampshire...), dans le nord de l'Asie (Chine, Japon) et en Sibérie.

La Plaquebière croît en bord de marécages et dans les prés humides jusqu'à 1400 m d'altitude et exige des expositions ensoleillées en terre acide. Elle peut résister aux températures froides bien au-dessous de -38°C, mais est sensible au sel et aux conditions sèches.

Partie(s) utilisée(s)

Les fruits mûrs sont jaune d'or, mous et juteux. Consommés frais, ils ont un goût âpre particulier, qui évoque un peu la térébenthine, caractéristique due à leur contenu élevé en acide benzoïque. Dans les pays scandinaves et en Finlande, ils sont souvent transformés en confitures, jus, tartes ou liqueurs, ou employées comme garniture de crèmes glacées. En Finlande, les baies sont aussi consommées de manière plus inventive, par exemple en accompagnement du « leipäjuusto » (fromage local, sorte de galette de fromage cuit). Au Canada, elles servent à aromatiser une bière spéciale et à faire de la liqueur. En raison de son contenu élevé en vitamine C, le fruit est apprécié des marins du nord et par les Inuits américains comme protection contre le scorbut. Son contenu élevé en acide benzoïque agit comme un conservateur naturel.

Propriétés et usages

Usages médicinaux : La chicouté est reconnue comme étant une source importante de vitamine C et d’acide ellagique. L’acide ellagique possède des propriétés anticarcinogène, antimutagène et antioxydante.

En raison de son contenu élevé en vitamine C, le fruit est très apprécié des marins du nord et par les Inuits américains comme protection contre le scorbut. Son contenu élevé en acide benzoïque agit comme un conservateur naturel. La médecine traditionnelle scandinave proposait du thé à la plaquebière pour soigner les infections urinaires.

variétés et espèces

Les principales variétés de pitaya sont :
• Hylocereus sp. (peau rouge, pulpe rouge)
• H. undatus (peau rouge, pulpe blanche)
• H. Polyrhizus (pulpe rouge)
• H. Guatemalensis (pulpe rouge)
• H. Peruvianus (pulpe blanche)
• H. vietnamese (pulpe blanche)
• H. Costarricencis (pulpe magenta)
• H. Purpusii
• H. paolyrhi
• H triangularis

plantation et culture

Le pitaya ne supporte pas un ensoleillement trop intense.
Le pitaya est un liane semi-épiphyte, qui a besoin d'un support solide.

taille et entretien

Après la récolte, il faut tailler les branches basses, hautes et enlever les maladies si nécessaire. La taille d'entretien régulière est primordiale.

Il faut irriguer la plante pendant les périodes sèche soit maximum 2 fois par semaine.

maladies et ravages

Le pitaya a peu de problèmes phytosanitaires :
• cochenilles
• rongeurs
• pucerons
• fourmis

Ajouter une Recette