spasmolytique, antispasmodique, lutte des spasmes musculaires

C'est une substance supprimant les spasmes, contractions musculaires anormales et involontaires.

Définition

Il s'agit d'un médicament possédant la capacité de combattre les spasmes (contractures, crampes, convulsions).

Ces médicaments sont répartis en deux variétés :

- Musculotrope qui ont une action sur le muscle
- Anticholinergique qui inhibent l'action de système nerveux végétatif (autonomes, automatique)

Les antispasmodiques diminuent les spasmes d'origine musculaire, concernant les muscles composant la paroi des organes creux (estomac, intestin etc.). Ils ont également une action antalgique (ils suppriment la douleur) associée aux spasmes.

Symptômes

Quand on a un spasme musculaire, le muscle est très serré et il est parfois décrit comme un nœud. La douleur peut être intense.

Le médecin peut diagnostiquer des spasmes musculaires par la présence de muscles tendus ou durs qui sont très sensibles au toucher. Il n’y a pas de tests d’imagerie ou de sang permettant de diagnostiquer cette condition. Si le spasme est l’irritation d’un nerf, comme à l’arrière, une IRM peut être utilisée pour trouver la cause de l’irritation.

Facteurs de risques

Les spasmes musculaires se produisent souvent quand un muscle est surexploitée ou blessés. Le fait lorsque vous n’avez pas eu suffisamment de liquides (vous êtes déshydraté) ou à faible teneur en minéraux comme le potassium ou de calcium, vous rend plus susceptibles d’avoir des spasmes musculaires.

Certains spasmes se produisent parce que le nerf qui se connecte à un muscle est irrité. L’exemple classique est une hernie discale irriter les nerfs spinaux à leur sortie de l’arrière, causant de la douleur et les spasmes.

Les spasmes de la cuisse sont plus fréquentes à la course ou le saut activités. Spasme dans le cou (rachis cervical) peut être un signe de stress.

Prévention

Cette variété de médicament est utilisée par voie orale (comprimés) et sous forme injectable (injection). Leur indication principale est bien entendue les spasmes d'origine digestive (estomac, bile, colon), concernant l'appareil génital (utérus, vagin), l'appareil urinaire (vessie).L'atropine et les anticholinergiques (ayant une action contre l'acétylcholine, neuromédiateur du système nerveux) sont le chef de file des antispasmodiques.


Pour poursuivre plus avant votre recherche d'information sur spasmolytique, antispasmodique, lutte des spasmes musculaires, nous vous proposons également de consulter les fiches ci-dessous