Facebook nuirait à notre bonheur et on déprimerait

FacebookUne étude américaine, parue la semaine dernière, consacrée à l'impact de Facebook, révèle qu’utiliser le réseau social aurait un impact négatif sur l'humeur, le bien-être de ses utilisateurs et le bonheur personnel. Peut-on y croire ?

Un bien-être qui se dégrade

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont pris 82 jeunes américains et ont évalué au début de l'expérience leur niveau de bonheur personnel (optimisme, bienveillance etc). Ils ont ensuite envoyé 5 fois par jour des textos durant deux semaines pour évaluer leur degré d'anxiété, de solitude ou d'inquiétude. Par la suite , les chercheurs demandaient également au sujet du nombre de fois où il avait utilisé Facebook ainsi que le nombre de contacts "réels" qu'il avait eu.

Les résultats sont stupéfiants. Plus les jeunes s'étaient servis de Facebook, moins bien ils se sentaient. A l'inverse, plus ils avaient eu de contacts directs avec des personnes plus leur niveau de bonheur augmentait.

Tous les utilisateurs sont concernés ?

D'après Yann Leroux, docteur en psychologie, interrogé par Le Figaro, celui-ci pondère les résultats de l'étude menée par les universités du Michigan et de Louvain : « Cette étude est méthodologiquement très bien faite, mais il faut rester prudent quant aux conclusions : l'humeur ou le bien-être d'un individu ne peuvent pas dépendre d'un seul paramètre », prévient-il.

Les chercheurs soulignent que le mal-être dû à la trop grande utilisation de Facebook serait indépendant du nombre d’amis que l’on a ou de l’estime de soi.

Les 620 millions d’utilisateurs de Facebook ne seraient donc pas tous dépressifs.


Pour poursuivre plus avant votre recherche d'information sur Facebook nuirait à notre bonheur et on déprimerait, nous vous proposons également de consulter les fiches ci-dessous

Ajouter une Recette