Hypothyroïdie - Thyroïdite de Hashimoto - Carence en iode

Hypothyroïdie

Définition

L’hypothyroïdie est la conséquence d’une faible production d’hormones par la glande thyroïde, cet organe en forme de papillon situé à la base du cou, sous la pomme d’Adam. C’est une affection qui touche surtout les femmes après 50 ans.

L’influence de la glande thyroïde sur l’organisme est majeure : son rôle principal est de réguler le métabolisme des cellules de notre corps. Elle détermine donc la vitesse du « moteur » de nos cellules et organes et le rythme auquel seront utilisés les « carburants » : lipides, protéines et sucres. Chez les personnes en hypothyroïdie, le moteur fonctionne au ralenti.

Causes :

La carence en iode était la principale cause d’hypothyroïdie. L’iode est un oligoélément minéral nécessaire à la vie et à la production des hormones thyroïdiennes T3 et T4.

Une thyroïdite de Hashimoto : cette maladie auto-immune provoque la destruction de la glande thyroïde sur le système immunitaire.

Un traitement qui altère la glande thyroïde : un traitement à l’iode radioactif pour soigner une hyperthyroïdie ou une chirurgie pour enlever la glande thyroïde (en raison d’un nodule, d’une tumeur, d’un cancer) engendre une hypothyroïdie permanente dans 80 % des cas.

Une thyroïdite post-partum : chez 8 à 10 % des femmes, une réaction auto-immune contre la thyroïde peut se déclencher quelques semaines à quelques mois après l’accouchement.

Symptômes

- Un manque d’énergie et de la fatigue
- Une frilosité
- Un gain de poids inexpliqué
- Un rythme cardiaque ralenti
- Une irritabilité et parfois un état dépressif
- Des crampes, des raideurs musculaires et des douleurs aux articulations
- De la constipation
- Le visage et les yeux enflés
- Une peau pâle et sèche
- Des cheveux secs, une perte de cheveux
- Des ongles cassants
- Des cycles menstruels irréguliers
- Une infertilité
- L’apparition de goitre à la base du cou
- Un taux élevé de cholestérol

Facteurs de risques

- Le tabagisme durant l’allaitement
- Des carences nutritionnelles, particulièrement en iode, en sélénium et en zinc
- Un excès d’iode
- La prise de certains médicaments
- Une consommation très abondante d’aliments goitrogènes (les crucifères, le manioc, les patates douces, les graines de soya, les arachides et le millet)

Prévention

Actuellement, on ignore comment prévenir la plupart des cas d’hypothyroïdie. Tout de même, un diagnostic précoce et une alimentation qui fournit tous les nutriments essentiels au bon fonctionnement de la glande thyroïde contribuent à prévenir l’exacerbation des symptômes et l’aggravation de la maladie.


Pour poursuivre plus avant votre recherche d'information sur Hypothyroïdie - Thyroïdite de Hashimoto - Carence en iode, nous vous proposons également de consulter les fiches ci-dessous

Ajouter une Recette